fide_logo_big

fide_sigle

Email |  

 Cérémonie de clôture : Discours de madame la présidente


Bonjour Mesdames, Mesdemoiselles et  Messieurs.

Je vous souhaite à tous la bienvenue au 11e mémorial Kheïredine Ameyar. Je vous remercie de votre présence à tous, je remercie M. Selmi, conseiller de M. Tahmi, Ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Bouamra, directeur central, M. Kennouche, directeur des sports, depuis peu en retraite, M. Belhouchet, Directeur général du journal El Watan, Mme Boubekeur, cadre à la Société Générale Algérie, Mme Ouaked, cadre à la société Bativert, la représentante de la Direction de l’hôtel Mazafran, notre journaliste au journal El Khabar, le caméraman de l’agence Mediacorp et mon ami, M. Antri Bouzar. Enfin, je remercie personnellement ma famille représentée ici par ma sœur Lina et mon frère, Hamid.    

Nous ne pouvons aborder cette cérémonie sans parler de M. Ameyar, qui, vous le savez, a été un journaliste durant plus de trente années dans la presse publique et privée, à savoir El Moudjahid, Algérie Actualités, Révolution Africaine, La Nation et enfin, fondateur du journal La Tribune. La coïncidence est trop marquante pour ne pas signaler que, après plus de douze années de procédures judiciaires, nous venons de recouvrer nos droits quant à notre succession afin de retrouver notre place dans le conseil d’administration du journal La Tribune. Et fait marquant et triste, le père de M. Ameyar, âgé de 95 ans, est très malade mais conscient et heureux lorsque je lui ai annoncé que nous avons enfin gagné cette longue bataille.

M. Ameyar était, vous le savez, l’un des membres fondateurs de la Fédération des Echecs. Il avait pour particularité de prendre position et de s’engager pour créer et concrétiser une idée, avec un groupe d’amis ou de passionnés dans beaucoup de secteurs (entre autre, dans l’USMA, équipe de son quartier Soustara), mais il s’en retirait bien vite, agacé par les faux problèmes. Ce qui ronge à la longue toute bonne volonté.   Et tout ce qui l’empêchait d’aboutir au but visé. Il haïssait « les petits », « les bouffeurs », les « melhoufin », les « profiteurs ».

Il adorait les hommes, les vrais. Les hommes de ce pays qui par l’apport de leurs compétences arrivaient à changer les choses. Ceux qui dédaignaient le profit facile. Il défendait les principes, la morale et le travail.

Je vous demande d’avoir une pieuse pensée à la mémoire de ce Monsieur.

J’espère que vous avez compris qu’ayant été sa compagne pendant plus de trente ans, le coup de foudre a été accompagné d’une  vision commune sur notre environnement. Et la même bagarre s’ensuivit sur les principes fondateurs du genre humain…  La défense de principes, la transparence, la liberté d’agir et de dire. Or, malheureusement, je ne peux pas de nouveau endosser l’habit de Don Quichotte, qui va se battre contre des moulins à vent, un vent manipulé, en sous-main, des lenteurs bureaucratiques qui nous épuisent et nous empêchent d’avancer pour concrétiser nos projets, tels que les Echecs à l’école, (1054 instituteurs formés), le projet des 100 écoles de la FIDE, les 10 écoles de l’UNESCO, la création de l’Académie des échecs qui tarde à voir le jour, la formation d’initiateurs dont le budget manque, le passage de grade des arbitres, la formation des encadreurs, des entraîneurs… Nous progressons à petits pas car notre Fédération n’est pas vue comme une fédération sportive majeure, mais mineure… Grosse erreur lorsque nous voyons ce qui se fait à l’étranger, en Turquie, en Russie et ailleurs. J’ai essayé, votre présence en est la preuve, et je sais que vous joueurs, vous me soutenez. Mon but est de faire de Haddouche, Arab, Goutali, Belouadah, de Mezioud Amina des GMI. Et nous avons aujourd’hui la preuve qu’ils peuvent atteindre cet objectif. C’est de sortir du placard tous les anciens joueurs, nos vétérans afin que la véritable famille des Echecs se recompose, et c’est par vous que cette famille peut s’agrandir.  Malheureusement, à l’approche des élections, certains détracteurs nous empêchent d’atteindre notre but et s’agitent dans ce que nous appelons « la complotite »… Ces manœuvres de déstabilisation sont vaines et les affaibliront, d’autant plus qu’elles sont liées à des personnes qui ont intérêt à ce que la Fédération connaisse des turbulences et disparaisse. Le seul gros problème qu’ils rencontrent est que ma stabilité, ma détermination, mon regard intraitable sur ce genre de personnes, ma volonté de terminer mon mandat dans le principe d’engagement auquel je me suis rattachée depuis mon premier discours lors de l’Assemblée élective, les empêchent de réussir à me déstabiliser. Je prendrai ma décision au moment opportun pour vous annoncer si oui ou non, je me représenterais. Et c’est  vous, joueurs et joueuses, qui n’êtes pas une toile de fond mais la relève de demain que j’informerai  en premier.    

Je veux donc vous remercier de votre présence pour ce Mémorial international « Kheiredine Ameyar. La date pour le prochain tournoi a été fixée pour le 5 juillet 2013 afin de rassembler le maximum de joueurs étrangers (car vous savez que leur calendrier est fixé bien à l’avance), et afin que vous obteniez d’autres normes. L’ensemble des joueurs qui ont joué avec l’ardeur qu’on leur connaît, les joueurs russe, serbes, de l’Ouzbekistan, belge, égyptien, tunisiens, et enfin algériens qui ont délaissé pour les uns leurs études, pour les autres leur travail. Nos remerciements également à Madame Yacef Karima, qui a assumé sa tâche comme Directrice de Tournoi avec brio, à M. Ibbou, qui l’a discrètement assistée, aux arbitres pour leur travail exemplaire, à nos entraîneurs, Mm Yahiaoui et Benhadi, également DTN, à M. Belaïd, notre secrétaire général, qui s’est engagé complètement dans sa tâche, à M. Salim Djaffer, pour tout le travail fourni à communiquer dans la presse et dans le site, quotidiennement, le commentaire des parties de la journée avec l’assistance de Chakib Ghimouz. Merci également à M. Maacha de n’avoir pas ménagé ses efforts. Et aux cadres permanents de la Fédération pour avoir contribué au succès de cette manifestation. Les joueurs sont priés d’envoyer leur meilleure partie durant leurs 5 dernières années pour un projet futur dont on leur dévoilera le contenu prochainement dans la boîte email de Salim Djaffer.  Un CD parviendra ultérieurement à la Ligue de wilaya confectionné par le responsable de la communication et par Ghimouz comprenant toutes les parties du tournoi. Le temps matériel nous manque pour satisfaire tous les joueurs. Merci également à Salim Djaffer de nous avoir aidé à trouver des sponsors, dont particulièrement, le journal El Watan avec à sa tête M. Belhouchet dont on remercie de sa présence, et de l’agence audio-visuelle Mediacorp.  Mes remerciements à M . Benhadi, notre DTN, pour son aide précieuse et sa réussite quant à la présence de sponsors fidèles tels que les journaux El Moudjahid, dirigé par Madame Naama Abbas, qui nous remet un chèque de 200 000 DA, Horizons, dirigé par M. Timizar, qui nous remet également un chèque de 200 000 DA. Les journaux L’Expression, dirigé par M. Fattani, Le Temps et El Khabar, dirigé par M. Rezki, ont publié les placards publicitaires et le suivi des articles et nous les remercions. Le Soir d’Algérie, dirigé par M. Fouad Boughanem, offre une superbe télévision à notre meilleure féminine. Le journal Liberté dirigé également par M. Abrous Outoudert offre un chèque de 100 000 DA. Pixal Communication, un chèque de 50 000 DA au vétéran du tournoi.  M. Zeggane, Président Directeur Général de Bativert, un chèque de 100 000 DA. Et enfin, la Société Générale Algérie s’est associée pour la première fois à l’événement en offrant deux carnets d’épargne, pour les jeunes talents de 50 000 DA chacun et je remercie Madame Boubekeur, représentante de cette Banque illustre, pour ce geste, au nom de toute la famille échiquéenne. L’hôtel Mazafran également nous accompagne.   

Avant de conclure, et de passer la parole à l’arbitre principal, M. Nesla, je voudrais que vous sachiez que parmi les joueurs de l’équipe A, figure M. Saïm. Il a été choisi même si son élo est inférieur à 2100, car il est champion junior, et c’est donc pour l’encourager. Egalement, parmi les joueurs de l’équipe nationale tunisienne, certains n’ont pas atteint 2100, ou n’ont pas d’élo. Ils ont été invités dans le cadre de l’échange qui existe entre les deux équipes.

Le prochain tournoi à venir est le Championnat par Equipes qui se déroulera à Oran à partir du 13 décembre (et non du 14 décembre). Nous allons tenter d’obtenir une aide auprès du Ministère, via la DJS d’Oran, afin d’obtenir une prise en charge de l’hébergement dans l’Auberge de jeunesse d’Oran qui peut abriter 100 joueurs.

Je vous souhaite donc encore plus de succès, et nous allons donc vous remettre vos médailles, bien méritées, pour ceux qui ont réussi ce tournoi en souhaitant également aux moins chanceux d’autres succès.

Bonne rentrée chez vous. Et bravo encore !