fide_logo_big

fide_sigle

Email |  

 Discours de Madame la Présidente à la AGO

 

Bonjour Mesdames et Messieurs,
Je souhaite la bienvenue aux membres de l'Assemblée et les remercie de leur présence à la 4e assemblée générale ordinaire du mandat qui m'a permis de diriger la Fédération durant 4 années.
Quatre années où je me suis investie afin que les promesses que je vous ai faites soient tenues. Des projets qui ont pour les uns, réussi, pour les autres stagné en orbite, en attendant leur réussite. Un investissement lié aux moyens limités offerts à la Fédération par le ministère de tutelle, appelé à contenter des disciplines plus prestigieuses, alors que notre Fédération a prouvé qu'elle était capable de rapporter un grand nombre de médailles à l'Algérie. Les Echecs se sont fait connaître du grand public à travers la presse, à travers les médias. (Un minimum d'un millier d'articles ont été écrits sur nos compétitions).


Nous avons obtenu le respect des cadres du ministère, avec à leur tête, le Ministre de la Jeunesse et des Sports.
Pour ce qui concerne le fonctionnement de la Fédération, et de tous ces appendices, à savoir les relations avec les ligues et les clubs, il n'est sans doute pas facile de bousculer certaines habitudes, de vouloir créer « des réformes » pour changer les mentalités, ôter de l'esprit et des comportements l'atavisme des uns rattachés à la notion de « service public », qui sous-entend un dynamisme mitigé, tout en créant une autosatisfaction démesurée, éloignée de mes exigences personnelles. Les inerties ont souvent freiné, puis bloqué un grand nombre d'initiatives personnelles et collectives.
Il est également difficile d'effacer les ardoises des uns envers les autres, confrontés à de sempiternels problèmes, qui usent les relations et nous ont empêché d'avancer, alors que la discipline devrait avoir constamment gain de cause, et que nous ne sommes là que pour elle et pour les joueuses et joueurs qu'elle représente.
Malgré toutes ces vicissitudes, nous avons pu arriver à des résultats louables. Nous avons mis des chantiers en route, (école et très prochainement, construction de l'Académie, clubs dans les maisons de jeunes, sport de proximité avec tables d'échecs dans les jardins publics..., relations avec la Fédération des Sourds Muets, mise en place d'un club de la Protection civile...), réalisés pour certains, et en phase de lancement pour les autres. Tout un matériel, composé d'échiquiers et d'échiquiers muraux, expédié par la FIDE va être incessamment retiré du port afin de prendre en charge les 100 écoles pilotes, dont le programme est déjà élaboré, grâce à des manuels de formation (côté enfant, côté enseignant) et à un programme dicté par M. O'Connell, vice-président de la FIDE et responsable du programme Chess School, dont la réputation n'est plus à faire. L'Algérie est le premier pays choisi par la FIDE pour lancer cette opération.
11 000 échiquiers sont en fabrication au PSA afin d'être distribués au niveau des maisons de jeunes. Des clubs y verront le jour. Le Secrétaire d'Etat y veille.
Les résultats sont là. Notrejoueur, M. Haddouche Mohamed, après Aimen Rizouk, est donc nommé grand maître international, et ce, durant le tournoi international à Alger, Kheiredine Ameyar. Nous espérons que d'autres joueurs et joueuses obtiendront ce titre l'année prochaine. Plusieurs joueurs, tels que Goutali Tarek a eu le titre de maître international, Oussedik Mahfoud et Khelfallah Baddredine, candidats maître FIDE en 2010, puis Titre de Maître FIDE en 2011. Nassr Ali, le titre de Maître FIDE en 2010, Latreche Khedidja, norme de MI, Medjkouh Saïd, candidat maître FIDE également ont eu ce titre durant ce mandat, ainsi qu'un grand nombre d'éducateurs, d'instructeurs FIDE, d'arbitres internationaux (Announ Nasreddine), d'arbitres FIDE (Benyamina Ali et Ouaret Fatsah) , la nomination de Nesla Adnane comme « rating officer »...
Nous avons formé pas moins de 23 instructeurs FIDE, 600 instructeurs et 1423 instituteurs dans le cadre de l'école primaire.
Si je peux me permettre de me tourner dans l'avenir,une chaire d'échecs à l'Ecole nationale Supérieure des sciences et technologies du sport de Ben Aknoun est indispensable. Des contacts ont été préalablement pris dans ce sens. C'est le seul garant pour former les générations de demain. Car ce qui fait défaut dans notre discipline, c'est le manque de cadres. Nous pouvons créer des clubs, certes, mais le personnel d'encadrement manque. Le bénévolat ne dure qu'un temps et nous en sommes tous conscients.
Le second problème que j'ai posé sans arrêt et qui n'a pas trouvé de solution est le manque de locaux. On nous attribue sans cesse des salles dans les maisons de jeunes. Dans des maisons de la culture, c'est bien. Mais ce n'est pas suffisant. Et les dépenses consacrées à ce chapitre sont exorbitantes.
J'espère que vous serez, en tant que membre élu, en tant qu'invité, ou en tant qu'observateur tout simplement, satisfait du bilan que je vous ai soumis et envoyé, comprenant l'ensemble de nos actions.
Tout comme je l'ai annoncé officiellement, je me retire effectivement de la Fédération en qualité de Présidente et passe le flambeau à la nouvelle génération.
Je tiens à remercier toute la famille des Echecs pour la confiance qu'ils m'ont prodiguée. Je remercie les joueuses et joueurs pour la joie qu'ils m'ont procurée.
Mes remerciements vont également aux cadres du Ministère qui n'ont pas ménagé leurs efforts et qui sont restés à mon écoute, lorsque je devais résoudre un problème épineux, et cela n'a pas manqué.
Enfin, je remercie particulièrement mon équipe qui m'a encouragée, soutenue, et avec laquelle nous avons traversé des moments épiques, de joie, d'angoisse, de tension et de fous rires.
Merci à tous. Je resterai fidèle à la famille des Echecs tout comme l'a été mon défunt époux, membre fondateur de la Fédération des Echecs. Et gageons que ceux qui nous remplaceront parachèveront notre mission qui est l'édification d'une Fédération moderne et ouverte à tous.