DIAGRAMME DU JOUR



  Bookmark and Share

 OLYMPIADES DE LA JEUNESSE :

20 -Aout- 2015

LA GRANDE FETE DES ECHECS

Les Olympiades de la jeunesse organisées par le Ministère de la Jeunesse et des Sports sous le haut patronage du chef de l’Etat du 15 au 20 Aout, ont été une véritable fête, avec tous les ingrédients qu’un évènement aussi grandiose a nécessités. D’abord, par le nombre impressionnant de joueurs, 214, dont 64 filles venus des quarante huit wilayas du pays, une première dans l’histoire des échecs en Algérie. Et ce ne fut seulement pas la quantité. Le plateau offert était bien intéressant. Deux championnes d’Algérie féminines, Latreche Sabrina et MEGHARA Lylia, deux championnes junior, Abdi Zineb et Messaoui Amira, et des championnes des jeunes catégories, Nassr Rania, Hamlaoui Asma, Afgoun Tinhinane, Benelfekir Imene et Maouchi Amina. Coté masculin, il y a eu la présence de trois internationaux séniors, Saim Ilias, Oussedik Mahfoud et Nassr Ali, et des champions nationaux des jeunes, Bouhadi, Ghafoul et Makhlouf. Ensuite, par le lieu magnifique ou se sont déroulées les épreuves et les conditions d’accueil et de restauration. L’Institut National Supérieur des Technologies du Sport de Dély Brahim offrait le cadre idéal pour ce genre de manifestation avec en somme un gymnase tout en splendeur offrant les normes optimales d’organisation.

  

Le contenu des épreuves avait de quoi rendre la compétition plus alléchante. D’abord un tournoi à la cadence rapide de 15 minutes plus 5 secondes à l’appui en neuf rondes, un second tournoi avec autant de parties mais à la cadence blitz de 5 minutes avec un incréent de 2 secondes par coup. Le ton a été donné d’une manière solennelle avec une cérémonie d’ouverture marquée par la présence des cadres du Ministère de la Jeunesse et des Sports, des cadres de la Fédération Algérienne Des Echecs et de la Ligue Algéroise des Echecs, et des chefs des délégations qui après avoir organisé les phases qualificatives au niveau de chaque wilaya, ont sélectionné l’élite amenée à disputer cette phase finale.

 

 

La compétition fut serrée, M.Nesla et ses collègues arbitres durent parfois s’employer pour gérer la foule, mais c’est dans une ambiance des grands jours que ces Olympiades se sont déroulées. Il s’agit là d’un pas très important pour le développement et la massification de la discipline. Ainsi des jeunes non encore aguerris à ce genre de manifestations ont pu côtoyer les champions d’échecs, des champions qui tout en humilité, ont répondu toute joie aux sollicitations venues d’ici et de là, qui pour comprendre une suite, qui pour tirer une ficelle du jeu. La médiatisation de l’activité est aussi à signaler avec notamment la présence de la presse écrite et de la presse lourde, ce qui fut une pincée de sel en plus.

La compétition du jeu rapide a marqué une première décantation entre le peloton de tête et les poursuivants. Les neuf rondes ont été bien pantelantes, chaque joueur, chaque joueuse faisait appel à ses ressources profondes pour gérer à la fois la position et le temps prévu à la partie, plaçant le regard tantôt aux mouvements et aux positionnements des pièces, et tantôt au signalement du temps, le sien et celui de l’adversaire. Ce genre de compétition implique une concentration maximale, une attention quasi parfaite, et une connaissance exigée des ouvertures, un élément capital pour une bonne entame de la partie. Le tournoi rapide a donné lieu à une bousculade à la tête du classement avec dans la compétition féminine, une légère avance de Yahiaoui Lilia avec 8 points sur neuf devant Nassr Rania et Latreche Sabrina, toutes deux avec sept points et demi. L’épreuve masculine a été autant serrée sinon plus serrée que celle des filles. Oussedik, Nassr et Boulernes ont formé un trio de tête avec huit points sur neuf, devant une pléiade de poursuivants avec 7.5 et 7 points, laissant durer le suspense pour le reste de la compétition.

Le tournoi de blitz a été chaud chaud chaud, tout simplement spectaculaire ! Les « ténors » des joueurs ont fait valoir leurs reflexes et leur intuition, les moins expérimentés ont fait appel à leur talent pur, à leur génie tout simplement. Au fil des rondes s’est faite la décantation et on a retrouvé presque les mêmes tiercés gagnants de la première épreuve. Chez les filles, Abdi s’est faufilée à la troisième place après Latreche et Nassr, reléguant Yahiaoui à une loge derrière. Oussedik s’est montré intraitable dans le blitz masculin et a pris par de même, une sérieuse option au classement combiné, les places de dauphins ont été prises par Saim Mohamed Ilias et Boulernes Alae Eddine. La troisième et ultime épreuve consistait en un questionnaire sur la culture échiquéenne, avec des questions sur l’histoire des échecs à l’échelle nationale et à l’échelle internationale, des questions sur les noms de certains débuts de jeu, et des problèmes et études à résoudre. Après correction et calculs, les résultats définitifs ont donné lieu au classement suivant :

 

 

 

(Garçons)     2. Nassr Ali             1.Oussedik Mahfoud       3. Boulernas Alaeddine

(Filles)           2. Yahiaoui Lylia      1. Latreche Sabrina        3. Nassr Rania

Classement Final par wilaya

1. Alger 2. Tizi-Ouzou 3. Bejaia 4. Tipaza 5. Constantine

La cérémonie de clôture

La cérémonie de clôture S’est déroulée dans une ambiance nocturne subliminale, au stade du 20 aout 1955, comme pour marquer une date historique par l’organisation d’un évènement qui restera sans doute, historique. C’est comme jumeler la passion pour les Echecs aux vertus du nationalisme et de l’amour du pays, autant dire alors, vive l’Algérie, vive le sport, vive les Echecs.
 

« | 0 | 1 | 243 | 44 | 45 | Page 46 of 109 | 47 | 48 | 49106 | 107 | 108 | »